Quelques lectures

Publié le par Carine Porret

Confidences à Allah, de Saphia Azzedine

Le monologue fiévreux, enragé et plein d’humour d’une jeune fille du Maghreb qui tente d’échapper à l’enfermement. Comment devenir libre quand tout vous destine à la soumission ?



Un livre cru sur l'oppression des femmes, mais aussi, et d'abord, le portrait d'une jeune fille résolue à exister par elle-même, et qui ne se soumettra pas, la lecture est un peu surprenante tant le vocabulaire est cru mais ca ne laisse pas indifférent.

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patate de Mary Ann Shaffer

"Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman.
Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ?
Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis - un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...) délices bien évidemment strictement prohibés par l'occupant."



J'avais été intriguée par le titre de ce bouquin et l'ai acheté au hasard, j'ai lu par la suite de tres bonnes critiques mais j'avoue ne pas avoir autant accroché, un roman sympa mais j'ai eu du mal a me plonger dedans..bon je ne sais pas j'ai peut-être raté quelque chose!

Cher Amour, de Bernard Giraudeau

Je suis en arrêt de jeu, sur le clos, paupières closes. Je sais que vos mains, fines, élégantes, déliées, sont une harmonie, une musique pour saisir mes lettres, les déplier et les tenir comme la plus précieuse découverte de notre vie. Cette main qui repousse une mèche de cheveux reste suspendue pendant que vous lisez, attentive, les mots sacrés de ce voyageur infatigable qui a fini par s'arrêter dans votre jardin. Je vous aime depuis si longtemps, depuis avant le début. Ces lettres qui ne pourraient jamais finir sont celles de mes mouvements géographiques et de mes voyages immobiles sur la scène. Mais probablement y verrez-vous un autre voyage plus complexe, plus hardi, plus désespéré. Voyager, dit-on, on n'en revient jamais.
Le prendrez-vous ce temps de me lire pour me prolonger un peu en vous ?


Avec un don irrésistible pour dire le clair-obscur des sentiments, Bernard Giraudeau embarque ses lecteurs, en compagnie de l'inconnue qu'il veut séduire, vers des ailleurs nés d'un imaginaire construit sur l'aventure, le désir de vivre et d'aimer.



Publié dans Bouquins

Commenter cet article

toujours plus loin 07/12/2009 14:05


voyager, on n'en revient jamais...
c'est ca, compte la-dessus.
mais en mars, je serai en "recherche d'emploi", j'espere qu'il y aura de la neige et que tes tendons et autres ligaments seront en forme. bise.