Pour lolo...et les êtres chers qui restent

Publié le par Carine Porret

La mort n'est rien.
Je suis seulement passé de l'autre côté.
Je suis moi. Tu es toi.
Ce que nous étions l'un pour l'autre, nous le sommes toujours.

Donne-moi le nom que tu m'as toujours donné.
Parles-moi comme tu l'as toujours fait.
N'emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Prie, sourie, pense à moi, prie avec moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, 
Sans emphase d'aucune sorte, sans trace d'ombre.

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié.
Elle est ce qu'elle a toujours été : le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée ? 
Simplement parce que je suis hors de ta vue ?
Je ne suis loin, juste de l'autre côté du chemin.

Tu vois, tout est bien.
Tu retrouveras mon cour,
Tu retrouveras les tendresses épurées. 
Essuie tes larmes et ne pleure pas si tu m'aimes.

Saint Augustin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nicnic38 15/03/2008 22:32

merci